Aller au contenu principal

Questions et arguments

Dans cette rubrique, nous répondons aux questions qui nous sont fréquemment posées. N’hésitez pas à nous contacter pour toute autre question. 

 

 

1. Tracé

De vastes études sur les différentes variantes ont été réalisées durant les années 1970 et 1980. A cette occasion, un contournement nord de Bienne a été examiné. Il en est ressorti qu’un contournement sud était plus judicieux pour des raisons liées au trafic. En effet, le flux de trafic en provenance de Berne (T6) et celui provenant de la rive droite du lac de Bienne peuvent également être raccordés. Au début des années 1990, la Confédération a décidé, sur recommandation du canton, d’opter pour le contournement sud. En 1997, le Conseil fédéral a approuvé le projet général pour la branche Est et en 2014, le nouveau projet général pour le contournement ouest de Bienne.

 

 

La Confédération, le canton et les communes de la région ne veulent en principe pas renoncer au contournement ouest de Bienne et recherchent la solution optimale. En 2010, un groupe de travail régional s’est exprimé à l’unanimité en faveur de la réalisation du contournement ouest de Bienne. 

Des études ont montré qu’environ 30 000 véhicules emprunteront chaque jour le contournement ouest de Bienne. Par ailleurs, il permettra de délester durablement du trafic de transit les quartiers directement concernés. Ainsi, il améliorera la qualité de vie dans l’agglomération biennoise. L’étude de la Haute école spécialisée de Zurich repose sur l’orientation dite 0 (pas de contournement ouest de Bienne). Le canton a décidé de ne pas suivre cette orientation.

Cette variante (extension de l’axe existant à deux voies par direction) a déjà été examinée par le passé. Le groupe de travail régional Stöckli l’a rejetée en 2010. Les quartiers situés le long de la Route de Berne et de la rue de l'Allmend, surtout, verraient leur situation se dégrader. Le groupe de travail a toutefois estimé que dans l’ensemble, la variante examinée n’apporterait aucune amélioration pour Bienne. Les recommandations du groupe régional peuvent être consultées ici

Les résultats d’une planification expérimentale et d’une étude d’opportunité ont montré qu’il n’était pas judicieux de recouvrir l’axe Ouest sur toute sa longueur. La région de Bienne et le canton de Berne mettent tout en œuvre pour intégrer au mieux les jonctions autoroutières au paysage urbain. Bienne et Nidau élaborent actuellement les bases urbanistiques correspondantes.  

Au Faubourg du Lac, les piétons et cyclistes en provenance du nord pourront emprunter un passage aussi spacieux qu’attrayant pour rejoindre le lac et vice-versa. De nouveaux espaces de loisirs naîtront ainsi pour la population. L’accès au lac restera garanti durant les travaux. 


2. Parcelles concernées

Un certain nombre d’immeubles sont effectivement voués à la démolition. Parmi ces derniers, seuls quelques objets, pour la plupart relativement récents (architecture artisanale et industrielle), figurent toutefois parmi les bâtiments dignes de protection ou de conservation recensés par le canton. Aucune rangée d’immeubles historiques précieuse n’est touchée par le projet. 


3. Environnement

Le projet ne touche que marginalement la réserve naturelle du Felseck, qui sera donc préservée. Durant les travaux, des dispositifs de protection seront requis en certains endroits.

Il est vrai que plusieurs vieux arbres doivent être abattus pour la réalisation du contournement ouest. Selon la loi, les biotopes dignes de protection touchés par le projet doivent être reconstitués ou remplacés. Les arbres abattus seront remplacés par des nouveaux. Dans l’ensemble, le bilan écologique sera équilibré. 

 

 

 


4. Trafic

Le nombre de voies est déterminé en fonction des prévisions de trafic. De vastes simulations du trafic ont été réalisées pour le contournement A5 de Bienne. Elles ont montré que deux voies suffisaient dans le tunnel de Vigneules. A partir de la jonction Bienne-Ouest, l’A5 comportera quatre voies en direction de Soleure/Berne, ce qui permettra d’éviter les embouteillages au Faubourg du Lac. 

Dans le cadre du projet, de gros efforts ont été déployés pour donner la priorité aux bus et à la mobilité douce. La Place Johann-Verresius sera aménagée en giratoire à une voie. L’accès à la Rue de la Gabelle sera réservé aux bus et aux cyclistes.

Les Prés-de-la-Rive sont une zone de loisirs importante pour la région. Le canton tient lui aussi à ce que la promenade du lac soit préservée. Pour la réalisation du grand projet autoroutier, la route nationale doit néanmoins disposer d’espaces d’installation. Au Faubourg du Lac, une partie du pré adjacent à la rue du Débarcadère et à la rue de Neuchâtel sera donc temporairement occupée. La parcelle bordant directement le lac n’est cependant pas concernée par le projet. L’accès au lac restera toujours garanti. 

Des mesures de construction et d’aménagement au niveau du réseau routier doivent venir renforcer à long terme l’allègement du trafic prévu avec l’A5. Les mesures d’accompagnement doivent permettre de dévier autant que possible la circulation vers l’A5 pour soulager le réseau local.

Quelques exemples de mesures: installation d’éléments sur et à côté de la route pour obliger les automobilistes à ralentir, marquage au sol, arrêts des transports en commun directement sur la chaussée, etc.

Les mesures d’accompagnement du trafic seront réalisées après l’ouverture de l’autoroute. 

Elles sont effectuées par le propriétaire, il s’agit en général des communes.

La Confédération et le canton participent à l’élaboration des bases mais ils ne peuvent pas obliger les communes à mettre en œuvre les mesures d'accompagnement, ni quand, ni de quelle manière. Si la Confédération et le canton financent entièrement l’A5, les communes quant à elles participent au financement des mesures, ce qui leur donne une marge de manœuvre quant à leur mise en œuvre concrète. 

Il définit les tronçons sur lesquels les mesures seront mises en œuvre. Puis les objectifs sont définis et finalement les mesures concrètes.

Le plan directeur a été élaboré par la Confédération, le canton et les communes.

Les communes, le canton et la Confédération ont donné leur accord, le plan directeur a force obligatoire pour les autorités.


5. Procédure d’approbation

En principe non, car les Chambres fédérales sont en charge des décisions concernant le réseau routier national.

Une procédure de participation pour le contournement ouest a eu lieu au printemps 2012, tous les cercles intéressés ont été invités à y participer. Les propriétaires concernés seront contactés lorsque la conception du projet d’exécution aura été élaborée et il sera possible de faire opposition après le dépôt public.

 

Concernant les mesures d’accompagnement en matière de trafic et la planification urbanistique d’accompagnement autour du contournement ouest, les communes vont devoir accorder des crédits de construction en conséquence. Selon le règlement de chaque commune, ces crédits peuvent donner lieu à des référendums, facultatifs ou obligatoires, c’est-à-dire à des votations communales.